Afriqinter| l'information comme si vous y étiez

VBG : Le MFFE et ses partenaires lèvent le Carton rouge

61

Les Violences Basées sur le Genre (VBG) sont une problématique qui interpelle la conscience. A ce titre, des femmes ministres et responsables politiques de la sous-région ont réaffirmé leur engagement aux principes d’égalité entre les femmes et les hommes à travers une déclaration finale en levant le carton rouge afin de dire stop aux discriminations et VBG.

La ministre d'Etat, Anne Désirée Ouloto a représenté le premier ministre ivoirien, Robert Beugré Mambé.
La ministre d’Etat, Anne Désirée Ouloto a représenté le premier ministre ivoirien, Robert Beugré Mambé.

Au cours de la cérémonie de lancement de la campagne « Carton rouge », le mardi 12 décembre 2023, à Abidjan, elles ont été nombreuses à lever le carton rouge. Venues du Cameroun, de la Gambie, du Sénégal, de la Guinée, du Congo Brazza, du Bénin, du Gabon, de la Sierra-Leone etc., les délégations conduites par les ministres ou responsables d’institutions en charge de la Femme ont, par devoir vis-à-vis des couches vulnérables, pris un engagement de sanctionner tous les actes de VBG et pratiques équivalentes. Cette résolution baptisée « SAVE » vise, selon le Ministère ivoirienne  de la Femme, de la Famille et de l’Enfant (MFFE), à inverser la tendance.

Lire aussi : Campagne de vente de pneus Cacomiaf

Car, selon les statistiques de l’OMS, 35%, soit plus de 1/3 de femmes sont victimes de VBG. En Côte d’Ivoire en 2022, c’était 7 919 cas de VBG dont 79% sur les enfants de moins de 18 ans. Et les statistiques de 2023 montrent à ce jour 5 360 cas de VBG, en dépit des actions mis en œuvre par le gouvernement. Quant à la prévalence, elle est tombée de 30% à 20%.

La présidente du Sénat ivoirien, Kandia Camara était présente
La présidente du Sénat ivoirien, Kandia Camara était présente

Aussi le Premier ministre ivoirien a-t-il pris l’engagement ferme de se joindre à l’ARDN, initiateur de cet événement, en collaboration avec le MFFE, pour lever le carton rouge contre les VBG le 13 janvier prochain lors de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui se jouera en Côte d’Ivoire. « Le devoir de solidarité vis-à-vis des couches vulnérables constitue la pierre angulaire de l’action de l’Etat. C’est pourquoi, le président Alassane Ouattara a ratifié toutes les conventions en la matière et en a fait une priorité dans la politique gouvernementale », a souligné la ministre de la Fonction publique et de la modernisation de l’Administration, Anne Désiré Oulotto, représentant le Premier ministre Robert Beugré Mambé.

Pour ce faire, la présidente du Sénat ivoirien, Kandia Camara, a félicité la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant pour cette mobilisation exceptionnelle. « Cette dynamique est l’illustration parfaite qu’il y a toujours une volonté politique », a-t-elle relevé. Avant de proposer que tous les travaux des sessions soient mis à la disposition des sénateurs et législateurs afin que la volonté politique ne manque plus.

La ministre de la FFE, Nassénéba Touré a fait le bilan de la lutte contre les VBG en Côte d’Ivoire

Cette rencontre a été le lieu pour Nassénéba Touré, la ministre ivoirienne de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, de rendre hommage à ses paires et homologues pour la solidarité dont elles ont fait preuve avant de dresser le bilan des discriminations et VBG.

Car, aussi bien pour la ministre, que pour Cécile Zoungrana de l’UNFPA, Djibril Diallo de l’ARDN et Phillip Ponceau, coordonnateur résident du système des Nations Unies, il s’agit de « se débarrasser de manière définitive de ce fléau grâce à la masculinité positive. » À ce titre, il est prévu un suivi de 12 mois et la mobilisation d’un million de signature pour dire « NON » à toutes les formes de discriminations et VBG. Car pour la ministre Nassénéba et ses partenaires, ils travaillent en synergie afin d’éliminer les VBG en Côte d’Ivoire en 2030. Ce, en renforcement des acquis sur le terrain.

Info : UPLCI

Les commentaires sont fermés.